Logo Weta Classe France Association de classe
du Weta 4.4 et de ses fans

Retours sur le nouveau trimaran Weta

par Jonathan Weston

 

 

Avant-propos

Cet article est la traduction d'un retour d'expérience que m'a transmis Roger Kitchen après la régate du lac de Garde en mai 2018. Le contenu de ce texte n'engage que l'auteur américain, et j'espère seulement que ma traduction n'en aura pas déformé le sens. Philippe Genestier

 

Retours sur le nouveau trimaran Weta – par Jonathan Weston

Weta Marine, fabricant du célèbre Trimaran Weta, m'a donné l'opportunité d'essayer leur nouveau et amélioré Trimaran Weta.

L'événement ? Championnats américains 2018 de multicoques à Fort Walton Yacht Club, FL.

Pour le coureur, il fallait répondre à plusieurs questions : l'économie de poids résultant de la construction de la nouvelle coque en mousse était-elle un bouleversement en régate ? Qu'en est-il des gains avec les nouvelles voiles ? Qu'en est-il de l'intégrité de la monotypie ? Les vieilles voiles et les vieux bateaux pourraient-ils rivaliser avec les nouveaux ? Nous le saurons bientôt.

Pour le plaisancier, les avantages des nouveaux bateaux étaient évidents. Ils sont plus légers, donc plus faciles à manœuvrer sur le chariot de mise à l'eau. La construction plus solide signifie des bateaux plus durables. De plus, ils sont maintenant disponibles dans une pléthore de couleurs et de combinaisons de couleurs.

Après avoir gagné les Nationaux dans les airs soutenus des gorges de la rivière Columbia, Roger m'avait amené ici comme récompense et testeur des nouveaux bateaux. Cependant, il s'agissait d'un site aérien léger à modéré, et j'avais dit à Roger que j'étais à la retraite. Peut-être que c'était le plan de Roger, d'avoir un grand gros gabarit (mon surnom est Donuts); l'intégrité de la monotypie serait clairement attestée par mes mauvais résultats.

Mike Krantz, un ancien champion national Weta, était là pour prouver que les bateaux étaient rapides au cas où, et Randy Smyth, un autre double médaillé d'argent au National Weta et olympique (2), prouverait que les vieux bateaux pouvaient concourir aussi bien que les nouveaux. Mes attentes étaient faibles, mais je n'ai pas pu résister à l'envie d'essayer le nouveau et amélioré Weta allégé. En plus, me retrouver avec de vieux amis sur l'un de mes sites de voile préférés, FWYC, je ne pouvais pas perdre.

 

Premières impressions

La vue initiale de ces nouveaux bateaux lorsque nous sommes arrivés au Fort Walton Yacht Club nous a vraiment ouvert les yeux. Posés là, sous le chaud soleil de Floride, il y avait huit nouveaux bateaux, aussi beaux et élégants qu'une Ferrari neuve. Les gars qui les déchargeaient étaient également très jolis : Roger Kitchen, co-concepteur Weta de Nouvelle-Zélande, et Richard Hitchcock, ambassadeur Weta de Floride.

Le "New Weta", ou comme je l'appelle, la version 3.0 de Weta, est disponible dans une pléthore de couleurs, certaines avec des ponts blancs pour un style agressif et des points en course. Krantz obtint un combiné aqua/blanc, je reçus du jaune cadmium et Dave Berntsen un blanc. Mais le bateau le plus beau était le « candy apple red » avec pont blanc, la Ferrari de la flotte. « Sweet as! (I believe this is a Kiwi saying) Spot on!!" (NdT : intraduisible !!!) (Ça marche).

Qu'y avait-il de différent dans ce nouveau Weta ? Etait-il plus rigide ? Plus léger ? Nous n'avions pas de balance pour vérifier, et je n'allais pas taper sur les coques. Qu'ils soient en course ou non, les bateaux neufs sont beaux à regarder tant à terre que sur l'eau. Les nouveaux Wetas ressemblent à du caramel beurre salé, ou à des beignets glacés qui descendent chauds sur le tapis roulant, selon votre niveau de faim. J'avais faim d'en faire naviguer un.

Le nouveau Weta était-il plus facile à mettre à l'eau, à déplacer sur terre ? Oui. Mais en montée, dans les deux sens, dans le sable ? C'est une affaire de roues de chariot sur celui-ci. Les nouveaux bateaux sont expédiés avec des roues un peu plus grosses que les anciennes, donc même tout seul, je pouvais le déplacer facilement.

Mes frères de la baie de San Francisco, la légende "Davo" Dave Berntsen et le nouveau David Bacci sont arrivés tôt pour se dérouiller et goûter au nouveau Weta. Avec des conditions « pina colada » parfaites pour naviguer en Weta, 15-18 nœuds, les nouveaux bateaux étaient vivants. Le clapot n'avait rien à voir avec ce que nous labourons habituellement, mais le bateau semblait plus rigide. Ils étaient tout simplement super dès le début. Était-ce mon imagination ou le bateau était-il plus silencieux ? J'ai 60 ans, c'est peut-être une perte d'audition, mais il semble que l'âme en mousse amortit les vibrations induisant du bruit.

 

Puits de dérive parfait !

La plus grande différence que j'ai remarquée était dans le puits de dérive. Les versions précédentes du Weta ont eu des variations dans la largeur du puits et de la dérive. S'il n'avait pas un ajustement serré, il fallait en faire un, ce qui demandait beaucoup de travail. J'ai découvert à travers mon bateau et en empruntant beaucoup de Wetas, que les deux facteurs clés de la vitesse au près (au moins), sont la jeunesse des voiles et l'absence de jeu dans le puits dérive. Les dérives ayant du jeu se font sortir en cap. Trop serré, et c'est une lutte pour soulever et abaisser la dérive. Mais avec les nouveaux bateaux ? Parfait. La dérive monte et descend facilement - aucun cordon de retenue n'est nécessaire - et semble bien ajustée.

Cette amélioration a eu un prix pour le fabricant, car il ne pouvait pas simplement acheter un petit lot de la sauce secrète qui recouvre bien la dérive. Roger, lorsqu'on lui a demandé de quoi était fait exactement ce produit, a répondu "un matériau de pare-brise allemand", bien que je pense qu'il parle du rembourrage des vitres latérales. Les Kiwis ont des noms différents pour tout, juste pour ne pas les confondre avec les Aussies (qui construisent les bateaux chez XSP dans un endroit appelé Batman, Indonésie).

 

Voiles, le facteur X

Avant le lancement des nouveaux bateaux, les voiles ont été modifiées juste avant les World Master Games en Nouvelle Zélande par North Sails. Wow, ces voiles valaient le coup d'œil. Parlez de flux laminaire. Les plis et le faséiement des vieilles voiles ont disparu.

Historiquement, pour les navigateurs tranquilles, les anciennes voiles Mylar Gaastra ont conservé leur forme pendant de nombreuses années. Ce ne sont que les plaintes critiques des coureurs qui ont provoqué un changement. Roger déclare que "jusqu'à récemment, les voiles étaient coupées. Les nouvelles voiles bleues taillées par découpe utilisent un tissu Mylar légèrement plus léger fabriqué par North. Nous avons légèrement modifié l'orientation du panneau de tissu pour mieux tenir la forme de la voile. La nouvelle voile est le résultat de la moyenne de 6 voiles sélectionnées parmi les Gaastra et les North au cours des 10 dernières années pour maintenir la monotypie."

Il y a même une version à corne plus récente de la grand'voile, qui pourrait être approuvée par la classe en 2019. «La grand'voile de plus grande surface est plus facile à contrôler dans les vents forts», affirme Bob Hodges, nouveau président de la classe Weta américaine.

 

Modifications

Il y a eu quelques modifications apportées aux bateaux qui comprennent des écoutes de foc avec un palan 2:1, un « traveler » à bride fixe et des anneaux de friction pour écarter l'écoute de gennaker. J'étais réticent à les utiliser pour la régate, mais je le ferai probablement à l'avenir. Tous les trois rendent le bateau plus facile à mener, donc ce n'est pas seulement une question de course sur ces améliorations. Cela dit, j'ai vécu une vie heureuse pendant 6 ans en Weta eux.

 

La course

En régate de championnat, je me sentais rapide, même pour un « donut » dans des vents légers à modérés, et je l'attribuerais plus aux voiles qu'au poids du bateau, même si le poids est important. Même le fait de réduire le bateau de vingt livres ne fera pas de différence si vous gagnez trente livres au cours de l'hiver et que vous vous dirigez vers la mauvaise ligne de départ ! Les voiles bien réglées fournissaient la puissance nécessaire pour faire rouler les « gros donuts » vers l'avant. J'ai fait assez d'erreurs pour remplir une saison de voile et j'ai quand même terminé quatrième. Donc oui, un bateau rapide, des voiles très rapides. J'ai senti la puisssance.

Le Weta a prolongé la vie de nombreux marins qui veulent encore le frisson de la voile en multicoque sans le tangage permanent (bien que d'autres l'aient fait, je ne l'ai jamais retourné). Il est facile de lever le mât et la bôme - il n'y a pas de bôme pour faire boum. Pour ceux qui ont des commotions cérébrales, c'est quelque chose à considérer sérieusement. Cam Farrah, un marin lycéen, a prouvé que c'est aussi un bateau amusant et passionnant à mener pour les jeunes. Nous espérons voir plus de jeunots à l'avenir.

 

En conclusion

Mon point de vue est que vous pouvez avoir un vieux bateau (le bateau n°18 était dans la flotte et toujours compétitif) mais vous devez garder vos voiles fraîches, et les nouvelles voiles sont en effet meilleures. Bob Hodges a prouvé qu'avec la version plus lourde Weta 2.0 (flotteurs sans collage horizontal), et les nouvelles voiles North, on est toujours rapide. Randy, c'est un pro de la voile olympique, et c'était son jardin. Il peut gagner avec des draps de lit sur une poubelle. Mais comme remarqué dûment par tous, après le jour 1 et avoir été posé par les meilleurs, y compris le « donut » au protant, il a changé son gennaker pour un plus récent.

Les voiles Gaastra de la version précédente ont une coupe et une chute légèrement plus pleines, donc elles sont toujours compétitives jusqu'à 15 nœuds, mais les nouvelles Norths sont de loin plus rapides dans la brise. Je me débrouillais bien, même à 250 livres dans les petits airs, quand je les gardais en air frais, pointées dans la bonne direction. C'est l'une de ces exigences bizarres pour le succès en course.

Je n'étais pas seul dans mon évaluation. Sur notre Groupe Yahoo, Berntsen a posté : "Les nouveaux bateaux sont réellement dans la monotypie avec la même disposition que tous les autres Wetas. L'amélioration majeure des nouveaux bateaux est la qualité de construction :
- les appendices sont très propres et de bonne qualité
- la construction de l'âme en mousse rend les bateaux plus légers, mais tous dans les limites de monotypie de la jauge.
- amélioration du renforcement du trampoline
- La meilleure amélioration sont les nouvelles voiles North (Gris avec garniture bleue). Matériau beaucoup plus résistant, meilleure forme de voile et plus rapide. Si quelqu'un veut faire une mise à niveau de son ancien bateau - prenez un nouveau jeu de voiles ! Vous saurez ce que je veux dire quand vous les verrez."

Les résultats parmi les sept nouveaux bateaux loués ou achetés pour cette régate ont été mitigés. Comme vous pouvez le voir, les vieux gars dans les vieux bateaux ont fait aussi bien que les jeunes enfants dans les vieux bateaux et les vieux enfants dans les nouveaux bateaux.

Résultats finaux (10 premiers sur 34 ; 10 courses, 1 annulée)

1. 437, Randy Smyth[WETA SINGLE], 2-3-3-3-3-1-4-1-4-1-[5]-2-1- ; ; 20

2. 1193, Mike Krantz[WETA SINGLE], 1-2-1-4-[20]-1-7-7-2-2-1-2-2- ; 21

3. 1003, Robert Hodges[WETA SINGLE], 3-4-2-5-5-4-[14]-2-4-4-3-3-10- ; 37

4. 1190, Jonathan Weston[WETA SINGLE], 7-5-4-4-2-2-2-[10]-9-3-3-5-4-4- ; 41 41

5. 254, Keith Rice[WETA SINGLE], 5-6-7-7-6-3-3-2-2-6-[8]-6-3- ; 44

6. 1199, David Berntsen[WETA SINGLE], 10-1-5-1-12-1-12-21-[23]-1-4-9- ; 64

7. 622, Carey Jones[WETA SINGLE], 4-[15]-10-12-13-13-7-3-9-3-9-10-7- ; 75

8. 362, Richard Stephens[WETA SINGLE], 8-12-6-6-10-[18]-3-8-8-14-14-14-14-6- ; 81

9. 1197, David Bacci[WETA SINGLE], 9-10-8-7-24-24-13-[26]-11-7-5-5- ; 94

10. 007, Cam Farrah[WETA SINGLE], 14-19-[20]-16-7-11.5/TIE-4-10-10-8-8-8- ; 97.5

Jaune : Nouveaux bateaux. Gris : Weta 2.0, New North Sails

 

Dans la division double (équipier à bord), les Taylor ont gagné sur un nouveau bateau. Stephanie Taylor dit, "J'ADORE absolument notre nouveau Weta avec couleur personnalisée! Comme disent les Kiwis, "Sweet As". La nouvelle dérive s'adapte au puits comme un gant. Il ressemble à un Weta, il navigue comme un Weta. Continuons à faire grandir la classe !"

Nous n'avons pas eu l'occasion de mettre le bateau à l'épreuve du vent, car la course a été annulée pour la dernière manche de brise (à cause d'une tornade stupide – borde à fond, sors plus !) Je vais honnêtement avoir du mal à courir à nouveau avec les vieilles voiles dans la grande brise. Ce n'est pas un gros investissement, et une fois que j'aurai ma tirelire pleine, je vais aussi arborer ce nouveau bateau, rien que la dérive qui se manœuvre en douceur (ok, ce sont les couleurs qui, je crois, coûtent un peu plus cher). Et pour le touriste ? Comme le dit le vieil adage : "Il vaut mieux avoir l'air bien que d'être bien."